AS Esvres : site officiel du club de foot de ESVRES - footeo

PERLES DE DISTRICT La 3e mi-temps, c'est parfois avant le match

18 février 2016 - 18:47

À quoi ressemble le foot dans «la pire» division répertoriée en France ? Francefootball.fr vous propose une plongée dans ce foot amateur à travers cette chronique tenue par le coach d'Esvres-sur-Indre, en cinquième division départementale, le treizième échelon français. Au menu aujourd'hui, les petites mines du dimanche matin.

Après plus de six semaines d’interruption, le Championnat a enfin repris début février. Et dès l’arrivée des joueurs au rendez-vous du dimanche matin, j’ai bien senti que c’était un jour particulier : aucun d’entre eux n’est arrivé lunettes de soleil vissées sur le visage. Plutôt bon signe ! Avec le recul, j’en déduis que les garçons n’avaient pas envie de se rater après une si longue période sans jouer. «Il avait raison, Dédé : c'est vrai qu'à 20 ans, il jouait mieux quand il était plein, Aurélien» Si je souligne la bonne tenue de mes joueurs, c’est qu’en cinquième division, il arrive que certains fassent rimer hygiène de vie avec whisky. Et rhum, vodka, pastis... J’en passe et des meilleures. Parce que, oui, se pointer au stade le dimanche à 11 heures du matin implique non seulement qu’on va rater la grand-messe dominicale, mais surtout que le samedi soir n’est pas toujours totalement digéré.   Chaque vendredi, après l’entraînement, je répète donc aux garçons : «Faites vous plaisir ce soir, soyez raisonnables demain. J’aimerais vous récupérer frais dimanche matin.» Et, inlassablement, j’appréhende chaque rassemblement. Du temps où je jouais encore, je n’ai connu qu’un seul entraîneur qui pouvait déroger à ce discours.«Interdiction formelle de boire samedi soir. Sauf toi, Aurélien : tout le monde sait que tu joues mieux quand tu es encore un peu plein.» Et il avait raison, Dédé : c’est vrai qu’à 20 ans il jouait mieux quand il était plein, Aurélien. Vendredi dernier, c'était raclette ! Vendredi dernier, c'était raclette !   «Coach, je vais en boîte ce soir : je comprends si tu me mets sur le banc demain» Mais de mon côté, j’ai du mal à trouver qui pourrait être le digne successeur du désormais fameux Aurélien. Et pourtant, depuis le début de saison, ils m’en ont fait voir, les garçons. Certains croient encore pouvoir apprendre au vieux singe à faire la grimace. Mais je vois, le dimanche matin, l’heure des publications sur les réseaux sociaux. Romain, mon milieu droit, a essayé de me faire le coup il y a quelques mois. «Mes 25 ans ? Hier soir ? J’ai été sage, coach, promis.» C’est vrai qu’il avait l’air sage, sur les vidéos publiées au milieu de la nuit. Quel déhanché !   D’autres jugent moins utile de s’encombrer avec les formes. Tonio, presque vétéran et "défenseur-milieu-attaquant", s’est fait une spécialité d’annoncer la couleur. Généralement, sous la forme d’un SMS furtif le samedi en fin de journée. «Coach, je vais en boîte ce soir : je comprends si tu me mets sur le banc demain.» Sans oublier la fameuse variante, généralement beaucoup plus tardive : «Coach, je suis en boîte. Je serai peut-être en retard. Mais je suis chaud.» Libre à moi, ensuite, d’interpréter le sens qu’il prête au terme "chaud". Toujours est-il que c’est toujours un régal pour moi de lister les excuses toutes plus loufoques que certains s’évertuent à inventer alors même que leur corps crie la vérité. Qui n’a pas déjà vu évoluer un joueur avec les cheveux ébouriffés, les yeux encore un peu collés et l’haleine complètement  viciée ?   Et encore, même de ce point de vue, je me trouve relativement bien loti. En début de saison, c’est toute l’équipe adverse qui s’est pointé encore en biais. Je crois même qu’un des joueurs s’est arrêté pour vomir pendant l’échauffement. Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir serrer les dents... Mais soyons honnêtes : ce sont aussi ces joueurs qui débarquent avec la casquette qui font le charme si particulier de la cinquième division. On aime le ballon, oui. Mais pas uniquement.   À Esvres, la convivialité est un étendard que l’on brandit fièrement. Comment expliquer autrement l’affluence lors des repas organisés par les joueurs, pour les joueurs ? Vendredi dernier, c’était raclette. Au diable la diététique quand le week-end est libre. Quarante-cinq à table. Et quelques tranches de rigolade bienvenues. Parce qu’il n’est pas nécessaire d’attendre le dimanche pour organiser des troisièmes mi-temps. Et que, bien souvent, celles-ci ont même déjà eu lieu avant les deux premières... Benjamin Henry  Suivre @bhenry_live

Commentaires

LA BOÎTE À SOUVENIRS

La boîte à souvenirs

 

photos

 

Ce club existe depuis 1938 et à ce titre mérite d'avoir sa boîte à souvenirs .... Alors n'hésitez pas à m'envoyer des photos qui pourraient marquer l'histoire de ce club ..