AS Esvres : site officiel du club de foot de ESVRES - footeo

«Je joue quel poste, coach, dimanche »

18 mars 2016 - 07:50

A quoi ressemble le foot dans « la pire » division répertoriée en France ? Francefootball.fr vous propose une plongée dans ce foot amateur à travers cette chronique tenue par le coach d'Esvres-sur-Indre, en cinquième division départementale.

«Comme tous les entraîneurs, je rêve de faire appliquer mes idéaux à mon équipe. Pressing haut, jeu rapide sur les ailes, transmissions de balle instinctives... Oui, je l’admets, j’aimerais parfois "pomper" un peu sur le Barça. Ou sur n’importe qui capable de mettre en place un système dans la continuité, à vrai dire. Parce qu’en cinquième division, la stabilité est un concept assez mouvant et particulier. «En quinze matchs, j'ai déjà usé cinq gardiens !» Depuis le début de saison, une quarantaine de joueurs ont déjà évolué sous mes ordres. Parmi lesquels Nico, l’entraîneur de la première, Bébert, l’entraîneur de la réserve, Momo, notre habituel arbitre, Stéphane, retiré depuis plusieurs années. Et même… moi-même ! Sans compter la cohorte de vétérans qui acceptent, chaque week-end, de se prêter au jeu. C’est bien simple: en quinze matches, j’ai déjà usé cinq gardiens, une bonne quinzaine de défenseurs, dix ou douze milieux et autant d’attaquants. Avec ces chiffres, on pourrait imaginer des problèmes de riches, une large palette au moment de faire mes choix. Ben non... «Désolé coach, j'étais parti en week-end sans mon chargeur de portable dans une région où il n'y avait pas de réseau...» Au moment de faire la composition, chaque vendredi, je sais que je pars pour une heure, minimum, de recherches intensives. Et ce n’est pas faute de répéter, toute la semaine: «Les gars, vous êtes sûrs d’être là dimanche ?». Généralement, tous ou presque répondent par un massif «oui !». Je peux alors me lancer dans la traditionnelle série de SMS. «Match dimanche. Rendez-vous à 11h15. C’est bon pour toi ?» Invariablement, certains me répondent avant même que je n’ai eu le temps de reprendre le groupe au propre sur papier, pour l’afficher. Ceux-là sont les assidus, les fidèles. Mais il y a aussi les "autres"... Chaque semaine, quand la convocation pour le groupe est affichée, que tout semble prêt, arrivent les traditionnels «désolé, coach, je suis absent/blessé/au boulot» (rayez les mentions inutiles). Certains attendent peinard le lendemain pour se désister. Et puis il y a aussi les gros menteurs qui donnent signe de vie... le lundi ! «Désolé coach, j’étais parti en week-end sans mon chargeur de portable dans une région où il n’y avait pas de réseau. Et puis je savais pas qu’il y avait match.» Leur imagination, je dois l’admettre, est parfois sans limite. Mais qu’importe. Je n’ai pas trop à me plaindre puisqu'il est rarissime qu’on ne parte qu’à onze. Et je n’ai pas le souvenir que nous ayons été moins que ça. Du moins, au coup d’envoi. «La composition, en cinquième division, c'est à la fois un concept et tout un art.» Parce qu’une fois le groupe convoqué, démarre une toute autre histoire. Bien souvent résumée par Tonio, à peine le SMS reçu. «Je joue quel poste, coach, dimanche ? Je veux bien jouer 5, hein, mais il va falloir que les autres soient dedans. Parce que je sais bien que de toute façon, tu ne veux pas me faire jouer 9. Enfin, tu sais, si tu veux, je veux bien jouer arrière gauche ou ailier.» La composition, en cinquième division, c’est à la fois un concept et tout un art. Et le plus fou dans tout ça ? C’est le résultat ! Depuis la trêve, nous sommes invaincus. Oubliés les quelques trous d’air d’avant l’hiver. Je dois admettre que pour en arriver-là, il y a un petit secret. Je l’avoue: sur ces trois derniers mois, seulement trois matchs ont été joués...» Benjamin Henry 

Commentaires

LA BOÎTE À SOUVENIRS

La boîte à souvenirs

 

photos

 

Ce club existe depuis 1938 et à ce titre mérite d'avoir sa boîte à souvenirs .... Alors n'hésitez pas à m'envoyer des photos qui pourraient marquer l'histoire de ce club ..